Restez informé
Restez informé

Vie des régions

24 oct

Région Alsace

En Alsace, au sud de Strasbourg, à Plobsheim, un chantier comme on en voit peu a été inauguré le 29 juin 2016 : 18 kilomètres de canalisation posées afin de relier le futur champ captant de Plobsheim au réseau d'eau potable de l'agglomération strasbourgeoise.

Retour sur ce chantier avec l'interview de Mme Béatrice BULOU , Vice Présidente de l’Eurométropole de Strasbourg en charge de l’eau et de l’assainissement et Stéphane PREISS, délégué régional Alsace des Canalisateurs.

Interview de Mme Béatrice BULOU, Vice Présidente de l'Eurométropole de Strasbourg en charge de l'eau et de l'assainissement

Canalisateurs : Dans la profession, on parle de « chantier du siècle » en évoquant le champ captant de Plobsheim, qu’en est-il pour votre collectivité ?

Mme Béatrice BULOU : C’est un chantier phare, puisqu’il permettra de sécuriser la distribution d’eau potable sur l’ensemble de l’eurométropole de Strasbourg. Par ailleurs il s’agit de distribuer une eau de très bonne qualité qui ne nécessite pas de traitement spécifique de l’eau. Enfin d’un point de vue scientifique et environnemental c’est un projet qui permettra de suivre au plus prêt les effets d’un champ captant dans une zone écologiquement riche et à enjeux.

Après avoir installé 18 km de canalisations, la station de pompage sera construite sur un périmètre de protection immédiate de 11ha. Le débit à pomper sera, en exploitation normale, de 1000 m3/h. Il fonctionnera grâce à 6 puits de 80 m chacun.

Canalisateurs : Quels sont les bénéfices d’un tel chantier pour les acteurs du territoire ? Quel est l’impact pour les citoyens ?

Mme Béatrice Bulou : Un effet bénéfique sur les acteurs économiques du territoire et notamment le BTP : le chantier est le plus important au niveau national. Etant prévu dans le schéma directeur d’alimentation en eau potable, il ne grève pas le budget de la collectivité.

Le projet sera réalisé tout en mettant en œuvre une convergence tarifaire du prix de l’eau sur l’ensemble du territoire de l’Eurométropole. D’ici 2020, le prix global du prix de l’eau pour une moyenne de consommation de 120 m3 (hors évolutions réglementaires impliquant de nouveaux travaux) devrait atteindre 2,86 €/ m3. cela reste tout à fait performant au niveau national.

 C’est un projet de territoire qui fait intervenir toutes les parties prenantes et qui entre aussi en interaction avec les territoires limitrophes.

Canalisateurs : quels sont les financements mobilisés pour ce chantier ?

Mme Béatrice Bulou : le coût global de l’opération s’élève à 70 millions d’euros, dont 7 millions consacrés aux études environnementales et aux mesures compensatoires. Ces travaux sont financés par l’Agence de l’eau Rhin Meuse à hauteur de 21 millions d’euros

 

Interview de M. Stéphane Preiss, délégué régional Alsace des Canalisateurs

Canalisateurs : Le chantier a été inauguré le 29 juin 2016. Quel bilan faites-vous de ces 16 premiers mois de travaux, en tant que délégué régional des Canalisateurs ? Le chantier avance-t-il comme prévu ?

M. Stéphane Preiss : Oui nous sommes dans les délais, il y a lieu de saluer la très forte mobilisation de nos entreprises sur ce chantier très important

Canalisateurs : Quel est l’impact  du chantier sur les entreprises de canalisation de la région ?

M. Stéphane Preiss : L’impact de ce chantier nous permet de bénéficier d’une activité soutenue pour nos Entreprises et donc d’une visibilité certaine de plus il s’agit d’un chantier nécessitant une forte technicité. Ce chantier permet le maintien de l’emploi local en contribuant à l’insertion et à la formation, des jeunes notamment.

Canalisateurs : Quelles sont les prochaines étapes ?

M. Stéphane Preiss : La prochaine étape est le démarrage de l’aménagement du Champ Captant en 2018, il s’agira essentiellement de travaux de forage, d’accessibilité, de bâtiment et d’équipements.

crédit photo : © Thierry Suzan

De gauche à droite sur la photo : Christophe Druost, ancien délégué régional Alsace des Canalisateurs ; Anne-Catherine Weber, Maire de Plobsheim ; Robert Herrmann, Président de l'Eurométropole de Strasbourg et Béatrice Bulou, Vice-présidente de l'Eurométropole de Strasbourg en charge de l'eau et de l'assainissement. 

 
 
Tags :
24 oct

Région Franche-Comté

Le jeudi 5 octobre dernier, dans le cadre de la 6ème édition du Carrefour des Maires et des élus locaux des territoires de Franche-Comté, ont été organisé les 1ers Trophées TP de l'investissement local.

 La Délégation Franche-Comté des Canalisateurs a pris pleinement part à cet événement puisque 4 Trophées Eau et Assainissement (un dans chaque département) ont été remis. Ces 4 Trophées ont été remis à la fois à la collectivité qui a porté les travaux et à l'entreprise (ou le groupement d'entreprises) qui a réalisé les travaux. Il s'agissait en effet de récompenser à la fois l'initiative des collectivités qui investissent et le savoir-faire local des entreprises de Canalisations.

Retenus par un jury composé d'élus locaux, de partenaires financiers, de représentants des départements et de la profession, ces trophées viennent récompenser 4 beaux projets illustratifs du quotidien de nos entreprises de canalisations. Les prix ont été remis (liste des lauréats ci-dessous) par Patrick GENRE, Président des Maires du Doubs, Yves KRATTINGER, Président du Conseil départemental de Haute-Saône et Frédéric ROUSSE, Vice-Président du Conseil départemental du Territoire de Belfort. Philippe BINETRUY, Délégué régional, a quant à lui remis le prix pour le Jura à la commune d'Aresches et l'entreprise BENETRUY TP de Lemuy dans le Jura.

L'ensemble des lauréats ont été applaudis par plus de 300 personnes au cours d'une cérémonie dynamique.

Catégorie Eau & assainissement :

  • Département du Doubs : Commune de Frasne et les entreprises Lacoste et Colas Nord-Est
  • Département du Jura : Commune d'Aresches et l'entreprise Benetruy TP
  • Département de Haute-Saône : Commune de Cirey les Bellevaux et l'entreprise Demoulin-Fedy
  • Département du Territoire de Belfort : Communauté de Communes Vosges du Sud et l'entreprise Eurovia

Tags :
24 oct

Région Rhône-Alpes

120 participants - chefs d’entreprises de canalisations, représentants de sociétés d’ingénierie, élus et techniciens de maîtrise d’ouvrage - ont répondu présents à l’invitation pour la deuxième édition des Rencontres Régionales de l’Eau et de l’Assainissement Rhône-Alpes organisée par Les Canalisateurs du Sud-Est à Villeurbanne le jeudi 12 octobre 2017, en partenariat avec SYNTEC INGENIERIE et CINOV INFRA.

Cette Rencontre a été l’occasion pour Pierre RAMPA, Président des Canalisateurs du Sud-Est, de préciser qu’une réflexion est en cours pour revaloriser le métier de Canalisateur auprès des jeunes et du grand public : « cela passe par la qualité de nos chantiers et par une meilleure communication autour de notre profession, de nos savoir-faire, de l’excellence de nos métiers », a-t-il indiqué en préambule.

Michel REGUILLON, Délégué Régional Rhône-Alpes des Canalisateurs, a, pour sa part, rappelé que la sauvegarde de l’eau, « un bien précieux, qu’il faut protéger », passe par des chantiers réussis pour lesquels chaque partie prenante remplit parfaitement son rôle. « 60 à 80% seulement de l’eau est acheminée jusqu’au client. Il faut supprimer les fuites d’eau, atteindre de meilleurs rendements. Les Rencontres Régionales de l’Eau et de l’Assainissement représentent un rendez-vous essentiel pour échanger, tisser des liens entre maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et entreprises afin de trouver des solutions ensemble ».

Jean-François BACHELERY, Délégué Régional de CINOV INFRA et Paul GALONNIER, Délégué Régional de SYNTEC INGENIERIE, ont, quant à eux, souligné l’importance pour la Profession de maîtrise d’œuvre de participer à l’organisation de ces matinées d’échanges dans la mesure où préoccupations et problématiques de tous les acteurs sont étroitement liées. C’est ensemble que nous serons plus forts.

Temps, confiance, communication : le triptyque gagnant pour une opération réussie !

Les clés d’une opération réussie : tel était le thème de la table-ronde destinée à rappeler les missions et obligations des différents acteurs d’un chantier : le maître d’ouvrage, commanditaire des travaux, le maître d’œuvre, qui prépare le chantier, l’entreprise qui l’exécute, sans oublier l’assistant à maîtrise d’ouvrage (AMO) qui remplit un rôle essentiel de conseil auprès du donneur d’ordre, avant même le lancement d’un projet.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, trois acteurs de la compagnie d’improvisation lyonnaise Amadeus Rocket ont illustré de façon humoristique les obstacles rencontrés sur un chantier, en faisant un parallèle avec l’univers médical.

Pour Laurent GOUILLOUD, Directeur Général des Services du Syndicat Intercommunal Gestion Eau Assainissement Roussillon Péage Environs (SIGEARPE), « il est très important de se donner le temps de faire les choses quand on a un chantier en prévision. Cela veut dire, pour le maître d’ouvrage, savoir non seulement ce qu’on veut faire mais surtout les conditions et les obstacles que vont rencontrer le maître d’œuvre et l’entreprise qui vont le réaliser. Cela signifie de bien connaître le contexte, l’environnement, la réalité géographique, prendre en compte les riverains etc. Ce temps de préparation est indispensable pour, qu’au final, le chantier se déroule dans les meilleures conditions possibles ».

Du point de vue de l’AMO, Yves COQUE, Ingénieur Eau et Assainissement de l’Agence Départementale d’Ingénierie de l’Ain, précise que « notre devoir est de poser les bonnes questions par rapport à un chantier. C’est-à-dire de faire préciser au maître d’ouvrage ce qu’il souhaite vraiment car, bien souvent, il sait ce qu’il veut mais ne sait pas toujours comment faire pour y parvenir. Il est indispensable de se donner du temps. En tant qu’AMO, nous avons également un rôle important de conseil à jouer par rapport au respect de la réglementation ».

Marc RAVIER, Représentant de CINOV INFRA, d’ajouter : « Moi aussi, je déplore trop souvent que nous n’ayons pas suffisamment de temps de préparation pour un chantier. Il arrive qu’un marché nous arrive le vendredi et que l’on nous demande d’être opérationnels dès le lundi ! Nous avons aussi, en tant que maître d’œuvre, un rôle important de conseil auprès du maître d’ouvrage et ce rôle, nous devons absolument le jouer pour que le chantier se déroule sans accroc. C’est aussi pour cela que je considère fondamentale la notion de confiance qui doit s’instaurer entre le maître d’ouvrage, nous-mêmes maître d’œuvre, et l’entreprise qui réalise les travaux ».

Enfin, Frédéric MOULIN, Représentant des Canalisateurs du Sud-Est, a, quant à lui, rappelé la « nécessité absolue de prendre le temps de bien préparer le chantier. Bien connaître le besoin du maître d’ouvrage, établir un calendrier précis, définir l’enveloppe financière… C’est un travail d’équipe avant tout. En cas de manque de préparation ou d’anticipation, le responsable des travaux sait à l’avance qu’il va être contraint d’arrêter le chantier dès le premier jour. Pour réduire au maximum le risque d’aléas, il est donc absolument nécessaire que l’entreprise ait le temps de préparer un plan d’exécution de qualité avec l’ensemble des informations qui lui auront été fournies au préalable ».

11ème programme de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée & Corse (RM&C) : un budget en forte baisse, des besoins importants pour une véritable gestion patrimoniale

Yannick PREBAY, Directeur de la Délégation Rhône-Alpes de l’Agence de l’Eau RM&C, a présenté les priorités et contours du XIème programme pour la période 2019-2024.

Si les orientations politiques restent inchangées, en revanche le budget de l’Agence est « en nette diminution par rapport à celle du précédent programme ». Le « manque à gagner » est évalué à 800 millions d’euros, ce qui représente une baisse de 20 à 30 % du budget par rapport au Xème programme.

L’Agence de l’Eau n’aura donc d’autre choix que de prioriser ses actions. Ses efforts se concentreront et se poursuivront sur la politique environnementale, la solidarité urbain/rural, l’accompagnement de la mise en œuvre de la loi NOTRe. Une ligne budgétaire sera consacrée à l’innovation.

Actuellement l’Agence de l’Eau apporte 45 millions d’euros/an de financement pour les travaux de réseaux d’eau potable. Dans le XIème programme, l’enveloppe sera beaucoup plus restreinte sur ce champ d’intervention. L’Agence de l’Eau ne sera plus le principal financeur des renouvellements de réseaux. Il sera nécessaire de trouver d’autres sources de financement ailleurs. Cela passe notamment par un ajustement du prix de l’eau qui devra jouer pleinement son rôle pour pouvoir mener une politique responsable et volontariste de gestion patrimoniale.

En conclusion de cette matinée, Pierre RAMPA déplore la situation paradoxale que nous allons vivre prochainement : « nous allons arriver à un pic d’activité lié aux besoins en renouvellement des réseaux d’ici quelques années et, parallèlement, les moyens financiers pour accompagner ces travaux seront réduits de manière considérable. A l’orée du changement climatique, préoccupant pour l’agriculture, l’industrie et même le tourisme, nous ne comprenons pas ces mesures de réduction forte des financements ». Compte tenu de l’enjeu absolu que représente la préservation de la ressource en eau, précieuse et indispensable à la vie, la Profession des Canalisateurs souhaite que soient rapidement organisées des Assises nationales de l’eau, à l’instar des Assises de la mobilité.

Tags :
24 oct

Région Normandie

Le 13 octobre 2017 à Caen, Jean-Claude Brossier, Président de la commission formation et Vice-Président du syndicat ; et Damien Barruet, délégué régional Normandie, ont signé une convention portant sur la création d'une chaire "Aménagement, pose et réhabilisation des réseaux" avec l'Ecole Supérieure d'Ingénieurs des Travaux de Construction (ESITC) de Caen.

L’initiative, portée par la délégation Normandie des Canalisateurs, poursuit un triple enjeu :

  • Améliorer la connaissance des réseaux et des canalisations des jeunes ingénieurs formés ;
  • Donner un meilleur accès à ces jeunes aux entreprises et métiers de la canalisations ;
  • Et, en conséquence, élargir le champ de recrutement aux entreprises de canalisations.

Concrètement, tout au long de leur processus de formation les jeunes bénéficieront d’intervention de professionnels, en conférence ou sur le terrain lors de visites de chantier.

Tags :
24 oct

Région Midi-Pyrénées

Comme chaque année, les Canalisateurs de Midi-Pyrénées ont tenu leur Assemblée Générale dans un département de la région Occitanie. Cette année, la réunion s’est tenue au circuit Paul Armagnac à Nogaro, le 22 septembre. Gilles ABRAHAM, Président du syndicat a accueilli 30 adhérents lors de cette plénière annuelle. Au programme : stage de pilotage automobile et réunion statutaire avec approbation des rapports moral et financier. Enfin, Alain GRIZAUD, Président des Canalisateurs a présenté les actions nationales du syndicat.

La veille de l’Assemblée, une réunion du Conseil d’Administration s’est tenue au cœur d’un vignoble à Betbezer-d'Armagnac

Tags :
13 sep

A l’occasion du forum de l'ESITC (Ecole Supérieure d'Ingénieurs des Travaux de la Construction) « Ingénieurs BTP, ça bouge », qui aura lieu le 13 octobre prochain à Caen, Alain GRIZAUD, Président des Canalisateurs, signera la convention de création de la chaire « Aménagement, pose et réhabilitation des réseaux ».

L’initiative, portée par la délégation Normandie des Canalisateurs, poursuit un triple enjeu :

  • Améliorer la connaissance des réseaux et des canalisations des jeunes ingénieurs formés ;
  • Donner un meilleur accès à ces jeunes aux entreprises et métiers de la canalisations ;
  • Et, en conséquence, élargir le champ de recrutement aux entreprises de canalisations.

Concrètement, tout au long de leur processus de formation les jeunes bénéficieront d’intervention de professionnels, en conférence ou sur le terrain lors de visites de chantier.

Par ailleurs, à l’occasion du forum, Jean Claude BROSSIER participera à la table ronde «  Des formations qui innovent » aux côtés, entre autres, de Denis ROLLAND , Recteur de l’académie de Caen, Jérôme LEBRUN , Directeur de l’ESITC.

L'èvènement est gratuit et ouvert à tous, il vous suffit de vous inscrire via ce formulaire. Consulter le site internet de l'ESITC pour plus d'informations.

 
 
 
13 sep

image

 

Pierre RAMPA succède à Raymond MIDALI à la présidence des Canalisateurs du Sud-Est

C’est dans le cadre de leur Assemblée Générale qui s’est déroulée jeudi 15 juin 2017 à Saint-Georges-les-Bains (07) en présence d’Alain GRIZAUD, Président des Canalisateurs, que Pierre RAMPA a été élu nouveau Président de la Chambre Syndicale des Canalisateurs du Sud Est. L’occasion pour le Président sortant, Raymond MIDALI, de faire le bilan de 6 années d’actions passées au service des entreprises de réseaux d’eau potable et d’assainissement. L’engagement des administrateurs et délégués régionaux, Philippe DENIMAL, Michel REGUILLON et Jean-Luc GUERIN, qui ont contribué à la mise en œuvre de cette politique, a été chaleureusement remercié.

Les 6 ans de mandat de Raymond MIDALI : Tenir le cap malgré la crise !

Alors que la profession a connu la plus forte crise de son histoire qui a fait chuter l’activité des entreprises jusqu’à 25% dans certains départements, Raymond MIDALI a mis en place, du jour de son élection le 29 septembre 2011 jusqu’au 15 juin 2017, plusieurs actions de fond, comme par exemple :

  • Sensibiliser l’opinion publique et les élus locaux sur la gestion du patrimoine et le financement des investissements ;
  • Organiser des rencontres d’informations et d’échanges sur les sujets intéressant la Profession ;
  • Promouvoir la profession des canalisateurs auprès des jeunes.

Dans la continuité de l’action de son prédécesseur, Pierre RAMPA et les représentants de Canalisateurs du Sud-Est iront voir les élus de PACA-Corse et Rhône-Alpes pour les :

  • Inciter à investir davantage dans le renouvellement des canalisations ;
  • Aider dans leurs inventaires de patrimoine ;
  • Accompagner dans les possibilités de financement des travaux.

La mise en place de la loi NOTRe et le regroupement des collectivités territoriales qui en découle met la profession face à de nouveaux défis, en matière de financement, de gouvernance de l’eau…

Aussi, au cours du prochain mandat, la profession portera auprès des élus de PACA Corse et Rhône- Alpes les 6 idées clés des Canalisateurs de France sur les sujets essentiels.

Une autre priorité du mandat de Pierre RAMPA consistera à mettre en place une politique de formation innovante des jeunes en alternance, du compagnon à l’ingénieur pour motiver et déceler les potentiels chez les jeunes apprentis. C’est un métier qui demande beaucoup de savoir-faire qu’il faut absolument conserver !

Canalisateurs du Sud-est accentuera les efforts sur la formation des jeunes et la valorisation de métiers nobles et prestigieux :

  • Développer des actions de promotion des métiers de canalisateurs auprès des jeunes et du grand public lors de chaque édition des Olympiades des Métiers et du Mondial des Métiers ;
  • Mettre en place et renforcer des actions de formation en continuant à travailler sur les Certificats de Qualification Professionnelle et à mettre en place des formations adaptées aux besoins sur les chantiers.

Un autre axe du mandat concerne le recrutement et la fidélisation les jeunes talents.

De nouvelles formes de travail existent et se pencher sur les stratégies managériales innovantes permettrait de motiver les jeunes à choisir la filière des Canalisateurs. Dans un contexte de besoins importants en recrutement alors qu’une légère reprise se dessine, les Canalisateurs du Sud Est travaillent sur :

  • Des visions novatrices du management telles que l’Entreprise Libérée ;
  • La révélation de talents basée sur la recherche de potentiels, sur l’estime de soi ;
  • Le bien-être au travail.

Pierre RAMPA et son équipe poursuivra au cours de son mandat le travail initié par Raymond MIDALI qui a permis à la profession de se fédérer autour d’une identité commune, se faire connaître pour être plus visible du grand public, de garder le cap et maintenir le moral de ses entrepreneurs pour être prêts lors de… la reprise qui s’annonce !

 

13 sep

image

L’Agence de l’Eau Seine Normandie a convié les Canalisateurs Champagne-Ardenne à une conférence lors du Carrefour des Elus qui s’est déroulé les 1er et 2 septembre 2017 sur la Foire de Chalons en Champagne.

Daniel BEDDELEM, Directeur Territorial Vallées de la Marne de l’Agence de l’Eau Seine Normandie a organisé les débats autour d’un thème : La gestion patrimoniale des réseaux d’eau potable

Comme vous le savez déjà, les communes, jusqu’alors responsables de la gestion des réseaux d’eau potable et d’assainissement, vont devoir transférer cette compétence aux intercommunalités au plus tard le 1er janvier 2020.

Face à ce changement de nombreuses questions ont été soulevées :

  • Comment préparer et anticiper ce transfert ?
  • Quelle harmonisation possible entre les différents modes de gestion ?
  • Quelles incidences sur le prix de l’eau ?...

Dans ce cadre, les Canalisateurs Champagne-Ardenne ont exposé l’état du patrimoine en eau potable et ont insisté sur la nécessité de mettre en place un taux de renouvellement plus important des réseaux existants.  

D’autres intervenants sont venus complétés ce propos : Le Conseil Départemental de la Meuse a abordé l’étude départementale réalisée par leur service afin de connaitre le descriptif précis du réseau d’eau potable. Ils ont notamment présenté les outils de pilotage existant pour assurer la pérennité des services d’eaux et d’assainissement. L’Agence de l’Eau a décrit les soutiens financiers disponibles pour réaliser ces diagnostiques. Et pour finir, le Grand Reims a fait part de son expérience et de l’impact de cette réforme sur son territoire.

Pour clôturer le programme d’animation, les Canalisateurs Champagne-Ardenne ont signé la charte de stratégie d’adaptation aux changements climatiques en partenariat avec l’Agence de l’Eau.

13 sep

image

Le 26 juin dernier à Artigues-près-Bordeaux, le comité local Adour Garonne de suivi de la Charte Qualité pour la pose des réseaux d’assainissement et l’Agence de l’Eau ont organisé une demi journée de présentation et de sensibilisation à la nouvelle charte nationale de qualité des réseaux d’assainissement.

Thierry MAILLARD, Délégué Régional des Canalisateurs d’Aquitaine et membre du Comité local est intervenu à cette occasion au nom des entreprises de canalisation, venues nombreuses.

Une cinquantaine de participants, Maitres d’ouvrages, Maîtres d’œuvre, exploitants, entreprises de contrôle et entreprises de travaux, ont assisté à cette réunion.

La manifestation a été l’occasion, après la présentation d’un audit sur l’application de la Charte de 2011 (bonnes pratiques et axes d’améliorations), d’exposer les objectifs de la nouvelle charte, qui tient compte des évolutions règlementaires (arrêté du 21 juillet 2015, réforme DT-DICT…) et de présenter un Guide pratique d’application à destination des acteurs.

Sous charte qualité, il a été rappelé que tous les partenaires s’engagent notamment à :

  • réaliser des études préalables complètes et à les prendre en compte
  • examiner et proposer toutes les techniques existantes
  • choisir tous les intervenants selon le principe du mieux disant
  • organiser une période de préparation préalable au démarrage du chantier
  • exécuter chacune des prestations selon une démarche qualité
  • contrôler et valider la qualité des ouvrages réalisés.

D’autres présentations auront lieu en Nouvelle-Aquitaine : le 19 octobre à Brive et le 8 novembre à Pau. 

 
 
 
27 juin

 

 

 

 

9 réunions départementales / 800 personnes sensibilisées à la loi anti-endommagement et 450 test AIPR passés…

LObservatoire Régional DT-DICT de Midi-Pyrénées piloté et animé par la FRTP Occitanie- délégation Pyrénées, renouvelle ses actions de sensibilisation en effectuant des réunions départementales avec l’aide du CNFPT.

« Cette mobilisation nous prouve que les enjeux et les objectifs de la réforme ont été compris. Mais cette réussite, nous la devons à tous les membres qui s’impliquent, s’engagent… pour améliorer le positionnement de notre région qui reste une des régions les plus « accidentogènes » de France : c’est un des objectifs que s’est fixé l’Observatoire Régional DT-DICT. »

Emmanuel LACOMBE, Chef d’entreprise canalisateur et Chef de file de l’Observatoire régional DT-DICT

Au programme, le matin :

§  L’Observatoire Régional DT-DICT : sa présentation et ses actions

§  La réforme DT-DICT : ce qu’il faut retenir.

§  L'Attestation d’Intervention à Proximité des Réseaux (AIPR) : C’est quoi ? Pour qui ? Bilan ?

§  Le QCM AIPR : on s’exerce !

§  Les formations proposées et les outils à disposition

Et l’après-midi, après un déjeuner convivial, il s’est agi de proposer aux participants de passer le test du QCM AIPR via un centre AIPR agréé par le Ministère : le CFA TP de Muret notamment.

Ces journées ont permis de pointer du doigt les obligations de chacun et les échéances…

Les interventions des professionnels, des maitres d’ouvrage et d’experts ont permis d’engager de nombreux et de riches échanges avec la salle.

Plus d’information sur https://dtdict.wordpress.com

Pages

Copyright 2016 - Les Canalisateurs - 0145632608 - info@canalisateurs.com - Équipe permanente

Scroll to Top